Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, documentation, dossiers, forum, formulaire pour participer au site,...
Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,... Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,...
Une action de l'association
Liste de discussion
Pour échanger par email, de manière conviviale, sur tout ce dont parle le site, inscrivez-vous :

Actualités

BioEco diffuse une actualité glanée sur les divers médias Internet, courrier, journaux... N'hésitez pas à nous faire parvenir une information que vous estimez importante de partager avec les autres membres du site ! Pour cela, contactez-nous.


     Des tournesols mutés dans nos champs : des OGM qui ne disent pas leur nom...
Date de publication : Mercredi 13 Mai 2009 à 20H00:34
Déjà 1211 personnes l'ont lu   

Les plantes obtenues par mutagenèse « incitée » sont des OGM, selon la définition de la directive européenne 2001/18, et génèrent les mêmes risques de dommages intentionnels ou non intentionnels sur la santé et l’environnement que les plantes obtenues par trangénèse. Elles ont pourtant été exclues de son champ d’application.

Pourquoi ?

Parce que cela permet aux firmes de faire la même chose qu’avec les OGM issus de la transgénèse, breveter le vivant, mais sans avoir à supporter la longueur des évaluations sur la santé et l’environnement, des procédures de demande d’autorisation d’essais, et les risques de refus par l’opinion européenne.4

Cette tentative de contourner l’opposition massive aux OGM en France et en Europe ne doit pas demeurer dans l’ombre : faisons la connaître et participons à la protection des semences, des droits des paysans, de la santé et de l’environnement.

Exigeons la réintégration des plantes mutées dans le champ d’application de la législation sur les OGM.

De plus sur le plan agronomique, là où des plantes résistantes aux herbicides sont utilisées, comme c'est le cas depuis plus de 10 ans sur le continent américain, il devient de plus en plus difficile de contrôler les "mauvaises herbes" devenues tolérantes à ces
herbicides. Les doses d'herbicides utilisées ne cessent d'augmenter, entraînant un désastre écologique mais aussi économique, certains agriculteurs, abandonnant des terres devenues impropres à toute culture. La contamination des plantes sauvages constitue aussi une
atteinte inacceptable à la biodiversité.

En France, des tournesols résistants aux herbicides sont déjà cultivés, sans que personne ne sache où (1). Ils peuvent pourtant contaminer les cultures conventionnelles, bio et l’environnement, puis se retrouver dans nos assiettes.

Exigeons l’interdiction des cultures de plantes résistantes aux herbicides

Le 20 mai à 14 h, le CETIOM (2) organise, au Silo de la Zone Industrielle
de la Croisière à Bollène (84)(3), une démonstration de cultures de tournesols mutés résistants aux herbicides.

Nous appelons tous les citoyens à venir
- demander à ses responsables pourquoi ils cultivent ces OGM
- informer les agriculteurs présents.

D'autres infos sur le site : http://www.monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5044
===============================================================

(1) Bientôt, des colzas résistants à un herbicide, également issus de mutagénèse, en cours d'homologation, pourraient être inscrits au Catalogue des Semences
(2) Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux Métropolitains.
(3) Sortie de l'autoroute de Bollène prendre direction Pont St Esprit le silo est à environ 4 km sur la gauche

Suite : http://www.monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5044

     Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !
Date de publication : Lundi 30 Mars 2009 à 22H38:04
Déjà 1029 personnes l'ont lu   

Objectif chiffré de reconduites à la frontière pour 2010 : 28 000
Objectif chiffré d’interpellations d’aidants pour 2010 : 5 500
(source : Loi de finances 2009)

Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner, ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière…..

Le 18 février 2009, à 7h 45 du matin, la police frappe à la porte de Monique Pouille, 59 ans, bénévole aux Restos du coeur et à l’association Terre d’errance. Depuis deux ans et demi, cette femme organise les dons de nourriture et d’habits pour les migrants qui errent autour de Calais dans l’espoir de passer en Angleterre. Elle recharge aussi leurs portables. Les policiers lui on dit : « on vient vous chercher pour vous mettre en garde à vue, pour flagrant délit d’aide aux personnes en situation irrégulière ».

L’interpellation le 16 février 2009 d’Hamid, un sans-papier accueilli par la communauté Emmaüs de Marseille Pointe-Rouge, s’est transformée le 17 février 2009, en opération policière dans cette communauté. Ainsi, sur décision du parquet de Marseille une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la présence d’éventuels compagnons sans papiers. Dans le même cadre, Kamel un responsable de la communauté a été mis en garde à vue pendant 6 heures le 17 février.

Ces faits s’ajoutent à une liste déjà longue de militants associatifs ou de citoyens ordinaires poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l’égard de migrants privés du droit au séjour. Alors demain, quels gestes du quotidien seront punis pour remplir les objectifs du Ministère de l’immigration ? Votre médecin sera-t-il interpelé pour avoir soigné un sans-papier malade, ou votre facteur pour lui avoir distribué son courrier ? L’instituteur de vos enfants sera-t-il inquiété pour avoir appris à lire à un enfant dont les parents sont en situation irrégulière ?

Nous sommes tous concernés : parce qu’ avant d’être « sans-papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.
Alors si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Mercredi 8 avril 2009, à 10h00, devant les palais de Justice de Paris, Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Rennes et ailleurs en France, nous serons 5 500 à nous présenter comme prisonniers volontaires, affirmant avoir, un jour, aidé un homme ou une femme sanspapiers en difficulté. Nous serons 5 500 citoyens décidés à rester des « aidants » !

Si vous souhaitez participer à ces rassemblements, vous pourrez dès vendredi 27 mars vous inscrire sur le site d’Emmaüs France.

D’ici là, pour tout renseignement ou pour faire part de votre participation, n’hésitez pas à prendre contact avec Teddy Roudaut : troudaut@emmaus-france.org – 01 41 58 25 32
SOYEZ NOMBREUX A NOUS REJOINDRE !!!!
Le 23 mars 2009

Premières Associations Partenaires :
Cimade, Comede, Emmaüs France, Fasti, Fédération Entraide Protestante, Gisti, RESF, Uniopss, Secours Catholique


Source : http://www.emmaus-france.org

     Tricastin - L'étude cancers : la Frapna met en doute l'indépendance du prestataire
Par Dauphiné Libéré - 15/03/09
Date de publication : Jeudi 19 Mars 2009 à 19H05:14
Déjà 1107 personnes l'ont lu   

Les villes voisines du site nucléaire du Tricastin dans un rayon de dix kilomètres vont faire l'objet d'une étude épidémiologique, appelée "étude cancers" (notre édition du 28 janvier). Reste à choisir le prestataire qui sera chargé de mener cette enquête.

Alors qu'un appel d'offres est en cours, lancé par le conseil général qui cofinance l'étude avec l'Autorité de sûreté nucléaire, Jean-Pierre Morichaud, représentant la Frapna à la Cigeet(¹) et à l'origine du projet, a exprimé, lors d'une conférence de presse donnée hier matin à Pierrelatte, ses doutes sur l'indépendance du futur prestataire.

« Le nucléaire, c'est l'État ». Il a indiqué que, contrairement à ce que prévoyait le cahier des charges établi par le groupe de travail, le choix du prestataire devrait revenir « uniquement au conseil général et à l'Autorité de sûreté nucléaire avec comme expert l'Institut de veille sanitaire. » L'Institut national de veille sanitaire étant un établissement public d'État, selon Jean-Pierre Morichaud, un tel scénario poserait « des doutes sur l'indépendance car le nucléaire, c'est l'État. »

Tout en précisant que les commissions locales d'information (Cli) sont en train de se réorganiser afin d'avoir le statut des associations loi 1901 « pour pouvoir faire elles-mêmes des études en toute indépendance », le représentant de la Frapna affirme que « quatre prestataires ont présenté leur candidature ». L'un d'eux aurait déjà été « éliminé » de la course. Le choix doit être dévoilé à la fin du mois lors de la prochaine Cigeet.

(¹) Commission d'information auprès des grands équipements énergétiques du Tricastin.


Source : http://www.sortirdunucleaire.fr

     Ours : le Conseil d’Etat déboute les opposants et rappelle la loi : la France doit protéger l’ours brun
Date de publication : Lundi 09 Mars 2009 à 20H03:15
Déjà 2420 personnes l'ont lu   

Le Conseil d’Etat a rendu le 23 février 2009 son arrêt concernant la requête déposée en 2006 par les opposants aux lâchers d’ours dans les Pyrénées : ils sont purement et simplement déboutés.

Par l’occasion, la plus haute juridiction française réaffirme quelques vérités et rappelle la loi.

Extraits des « considérants » de l’arrêt :

- les ours Slovènes et les ours pyrénéens appartiennent à la même espèce, Ursus arctos.

- Le plan de réintroduction de l'ours dans les Pyrénées a été précédé d'études relatives aux expériences menées dans d'autres Etats européens et qu'une évaluation approfondie des conséquences de cette réintroduction a été réalisée.

- le ministre de l'écologie et du développement durable, [ ] a décidé d'engager, dès cette date (janvier 2005), une concertation portant sur la localisation des réintroductions envisagées, sur le choix du pays d'origine et sur les mesures d'accompagnement à mettre en œuvre ; que ce n'est qu'à l'issue de cette concertation que la décision de procéder à la réintroduction des ours a été juridiquement prise

- si l'espèce « Ursus arctos » n'est pas, à l'échelle européenne, menacée d'extinction, le maintien d'effectifs suffisants pour éviter la disparition à court terme des ours dans le massif des Pyrénées participe de la préservation de la diversité biologique et constitue, au regard du I de l'article L. 110-1 du code de l'environnement, un objectif d'intérêt général. [ ] l'espèce figure au nombre des espèces mentionnées à l'annexe II de la convention de Berne vis-à-vis desquelles l'Etat s'est engagé, ainsi qu'il résulte de son article 6, à assurer une « conservation particulière » ; qu'elle figure également parmi les espèces «d'intérêt communautaire» nécessitant une protection stricte énumérées à l'annexe IV de la directive du 21 mai 1992 (dite « Directive Habitats, faune, flore »).
- cette réintroduction ne saurait être regardée comme étant de nature à provoquer les difficultés rencontrées par certains secteurs de l'économie locale ;

- le Gouvernement a mis en œuvre, afin de prévenir les conséquences dommageables de la décision contestée et, le cas échéant, de les réparer, une série de mesures destinées notamment à réduire les inconvénients de la présence des ours pour les éleveurs.

Une fois de plus, le Conseil d’Etat rappelle le caractère légal, démocratique et raisonnable des lâchers d’ours dans les Pyrénées.

L’avenir de la population n’étant toujours pas assuré, Pays de l’Ours – Adet renouvèle sa demande de nouveaux lâchers d’un ou deux ours chaque année, afin de reconstituer progressivement mais surement une population viable d’ours bruns dans les Pyrénées, conformément aux obligations légales de la France.

Suite : http://paysdelours.com/le-conseil-detat-deboute-les-opposants-a-lours-et-rappelle-la-loi.html?cmp_id=50&news_id=570&vID=249#570

Source : http://paysdelours.com

     La journée-découverte se termine très mal
Par Yannick Delneste - Sud Ouest, 7 mars 2009

Coincés à Paris entre étudiants et CRS, des collégiens de Cenon (33) ont été bousculés et frappés par les forces de l'ordre à la gare Montparnasse.
Date de publication : Lundi 09 Mars 2009 à 19H59:28
Déjà 1113 personnes l'ont lu   

Jusque-là, ce jeudi avait été plutôt chouette pour la classe de 3e C du collège Jean-Jaurès à Cenon. Arrivés tôt dans la capitale avec leurs professeurs de français et d’histoire-géo, ces adolescents de la banlieue bordelaise avaient commencé par l’objectif premier de cette journée-découverte : l’Assemblée nationale. Dans ce haut lieu de notre République, ils avaient assisté à une séance parlementaire. Mais après la tour Eiffel et le musée du Louvre, ils ont fait connaissance avec les Compagnies républicaines de sécurité (CRS). Impression radicalement différente.

«Il était 19 heures et nous attendions notre train devant les voies de la gare Montparnasse», raconte Corinne Pébarthe, l’une des deux enseignantes. «Après le passage d’un groupe de manifestants étudiants qui chantaient, les CRS ont surgi très vite.» Les témoignages semblent concorder : venus de plusieurs endroits à l’issue de la manifestation qui a eu lieu à l’extérieur, une trentaine de policiers chargent en direction des étudiants … sauf que cela se passe dans un hall de gare bondé à cette heure. «On s’est retrouvés coincés», raconte Jordan Torres. «On criait qu’on était des collégiens mais rien à faire : j’ai pris des coups de matraque aux jambes et au poignet.» Une dizaine d’autres élèves sont frappés. «J’ai été plaquée contre un distributeur de boissons», raconte Mme Pébarthe. Entorse cervicale. «Et pas une explication lorsque je suis allé voir le lieutenant.»

Dépôts de plainte

Dans le train qui les ramène enfin vers Bordeaux, les élèves et leurs accompagnatrices sont choqués. Une femme-médecin militaire de Mont-de-Marsan les examine et les réconforte. Les blessures ne sont pas graves mais les contusions réelles. «Mon fils voulait devenir gendarme», soupire José Torres. «Même si je lui ai expliqué que c’était exceptionnel, il est bouleversé. Ce qui s’est passé est incroyable.»

Hier, il a porté plainte pour violences sur mineur, comme plusieurs parents, comme les deux professeurs, comme le collège Jean-Jaurès. «Le choc était général», explique Sylvie Védélago, principal de l’établissement. Dans un communiqué, le Snes (Syndicat national des enseignements de second degré) s’insurge contre «la violence gratuite des forces de l’ordre», réclamant que toute la lumière soit faite sur ces événements. La sénatrice-maire d’Artigues, commune voisine, a écrit au Premier ministre et à la ministre de l’Intérieur. Des gendarmes sont venus auditionner enseignants et enfants présents. Les plus touchés étaient restés chez eux. Jordan est au repos pour huit jours.

     BANGLADESH : Libération d’un leader Mro
Ranglai Mro, leader de la tribu isolée Mro (ou Mru) des Chittagong Hill Tracts, a été libéré aujourd’hui après deux années d’incarcération.
Date de publication : Vendredi 30 Janvier 2009 à 19H47:32
Déjà 942 personnes l'ont lu   

Ranglai Mro avait été arrêté en février 2007 et condamné à 17 ans de prison pour possession d'arme. Il est fort probable que cette accusation avait été fabriquée de toutes pièces, Ranglai s’étant opposé à l’expulsion de sa tribu pour permettre l’installation d’un camp d'entraînement militaire.

Ranglai a été torturé durant sa détention. Lorsqu’il a été hospitalisé, les médecins ont découvert qu'il avait été victime d'une crise cardiaque. Il a par la suite été renvoyé en prison sans traitement médical approprié.

Près de deux ans après son arrestation, alors que son état de santé empirait, Ranglai a finalement été admis dans un hôpital spécialisé de Dhaka, le 1er janvier dernier. Cependant, il y est resté enchaîné, ce qui a provoqué un scandale au Bangladesh, les médecins ayant rapporté que les chaînes les empêchaient de lui procurer les soins nécessaires.

Il n’a été délivré de ses chaînes qu'après l’intervention de la Commission nationale des droits de l'homme du Bangladesh et la publication d’un article dans un quotidien national dénonçant les mauvais traitements qui lui étaient infligés. Mais une photo diffusée vendredi dernier a révélé que Mro était toujours menotté et attaché à son lit – en dépit du jugement de la Cour ordonnant sa libération sous caution pour raisons médicales.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Nous nous réjouissons de la libération de Ranglai Mro. Cependant, nous condamnons avec la plus grande fermeté les actes de torture qu’il a subi. Nous exhortons le nouveau gouvernement bangladais à reconsidérer le cas de Ranglai et à mettre un terme définitif aux arrestations, à la torture et à la répression dont est victime le peuple jumma des Chittagong Hill Tracts’.

Les Mru sont l’une des onze tribus jumma des Chittagong Hill Tracts. Le nouveau gouvernement du Bangladesh arrivé au pouvoir le 29 décembre avec une écrasante majorité, s'est engagé à honorer l'Accord de paix signé en 1997 avec les tribus jumma.


Suite : http://www.survivalfrance.org/peuples/jumma

Source : http://www.survivalfrance.org

     Création d’un deuxième EPR : une erreur historique
Le Président de la République vient d’annoncer la création d’un nouveau réacteur nucléaire EPR à Penly en Seine Maritime. Réaction de FNE.
Date de publication : Vendredi 30 Janvier 2009 à 19H44:01
Déjà 1591 personnes l'ont lu   



FNE exprime un sentiment de révolte à la suite de l’annonce par le Président de la République de la création d’un nouveau réacteur nucléaire EPR à Penly en Seine Maritime. Cette décision est sans doute conforme à l’intérêt du lobby nucléaire mais pas à l’intérêt général.

Une erreur historique. Lors de son discours de clôture du Grenelle de l’environnement, le 26 octobre 2007, le Président de la République avait déclaré : « je ne veux pas de nouveaux sites nucléaires ». Nicolas Sarkozy avait également déclaré : « Il y aura donc bien une réduction de la part du nucléaire dans notre consommation d’énergie ».

Pour Sébastien Genest, Président de FNE, « le développement du nucléaire est contraire à celui des énergies renouvelables. Il faut en finir avec un modèle énergétique centralisé, fragile en consommation de pointe, inadapté aux territoires et contraire à l’objectif premier de réduction de la consommation d’énergie, négocié lors du Grenelle de l’environnement. »

La relance par l’atome ? Le 19 décembre 2008, lors d’une réunion en présence des associations, Nicolas Sarkozy s’était engagé à ce que le plan de relance soit vert et pas gris.

Sébastien Genest poursuit : « Nous sommes consternés par l’empilement de décisions à courte vue : relance de trois programmes autoroutiers, octroi d’aides d’Etat au secteur automobile ou aéronautique sans contreparties environnementales, assouplissement des conditions de création des installations classées, création d’un nouvel EPR ……autant de décisions contraires à l’impératif d’une relance à la fois économique et écologique. Ces décisions irrationnelles ne peuvent être compensées par des mesures de verdissement ».

Un grave recul de la démocratie écologique. FNE rappelle que le droit de l’environnement impose que le débat public soit organisé à un « moment où toutes les options sont encore ouvertes » et avant qu’une décision publique ne soit prise.

Arnaud Gossement, porte parole de FNE, déclare : « Le nucléaire ne se satisfait que de la politique du fait accompli. La décision de créer un nouvel EPR est une atteinte à la démocratie écologique puisque la concertation n’a eu lieu qu’avec le lobby nucléaire ! Désormais, pourquoi se donner la peine d’organiser un simulacre de débat public dès lors que les dés sont jetés ? ».

FNE rappelle que la décision de création du premier réacteur nucléaire EPR à Flamanville avait déjà été prise avant même l’organisation d’un débat public, par la loi du 13 juillet 2005 d’orientation sur l’énergie. Pendant le débat public lui-même, Jacques Chirac, alors Président de la République, avait confirmé la décision de créer l’EPR…FNE avait alors engagé plusieurs actions en justice contre les autorisations délivrées pour la construction de ce réacteur.

Source : http://www.fne.asso.fr

Les internautes réagissent :

 De gille, le Jeudi 11 Juin 2009 à 15H27:19

pour info,lorsque l'hiver plusieurs reacteurs sont a l'arret pour rechargement,edf achete du courant a l'etranger au prix fort(3x)pourtant sur votre facture le kw/h est au même prix alors qu'il devrait etre multiplie par 3
 De Régine, le Mercredi 25 Février 2009 à 09H18:26

Trois informations manquent à votre article:
Premièrement Sarkozy dans son discours à Flamanville insiste bien sur le fait que sa motivation à construire ces Centrales Nucléaires EPR n'est justifiée que par la volonté de faire de la France un "grand" exportateur d'énergie et non de répondre à notre besoin énergétique !!!!
Deuxièmement les déchets radioactifs de ces centrales Nucléaires de 3ième générations sont 70 fois plus nocifs que ceux des centrales nucléaires actuelles.
Pour finir la politique de Sarkozy est orientée par "le Club de l'Horloge" dont les valeurs philosophiques prône la soumission du peuple au pouvoir et le retour à la monarchie .
 De Chantal Cucurni, le Lundi 02 Février 2009 à 16H13:09

Honte à notre société "de confort" et surtout aux hommes qui la dirigent qui ne voit pas plus loin que le bout de leur nez...
Sous le couvert entre autre de créer des emplois, nous programment des centrales nucléaires de 3è génération sans en avoir mesuré les conséquences sur l'environnement... alors que nous avons à exploiter les panneaux solaires, la géothermie et toutes les énergies renouvelables.
Le devenir de nos enfants et petits enfants : une planète poubelle prête à exploser.
Quelle folie !!!
 De Denis Laforme, le Samedi 31 Janvier 2009 à 15H00:27

Je suis tout à fait en accord avec l'article. Le nucléaire est une menace perpétuelle pour la population et pour l'environnement. De plus la matière première nécessaire à son fonctionnement se raréfie et sous peu les coûts vont augmenter considérablement. Tout cela est sans compter sur les tragédies qui sont associées au nucléaire : Explosion d'un réacteur, fuite radioactive ou un éventuel 11 sept. 2001. De plus, il n'est pas assuré qu'on puisse disposer ou entreposer les déchets radioactifs de façon sécuritaire. Comme pour en rajouter, les réserves en combustibles fossiles nécessaires au fonctionnement de ces réacteurs ne sont pas très abondantes. Quelques décennies si on tient compte du nombre actuel de réacteurs et, bien sûr, 2 fois moins longtemps si on double le nombre de réacteurs. Il faut, et c'est urgent, se diriger du côté des énergies renouvelables.Je vous propose de consulter mes articles sur le sujet : www.denis-laforme.over-blog.com
 De pierre CASSIER, le Samedi 31 Janvier 2009 à 12H15:45

Le solaire n'est pas rentable globalement sauf pour des lobby, les éoliennes non plus indépendamment des problèmes de nuisance, l'hydraulique a atteint son plafond en france, que rete-t-il à part le nucléaire, le charbon et le fioul ou le gaz ?

     La vérité coloniale en face…
Par Denis Sieffert
Date de publication : Jeudi 08 Janvier 2009 à 10H34:29
Déjà 1329 personnes l'ont lu   

Selon l’usage que l’on en fait, la tradition des vœux peut être routinière ou hypocrite. Par les temps qui courent, les nôtres seront cette année plus encore que d’habitude des vœux de mobilisation des énergies et de combat. Car même s’il y a dans nos vies, Dieu merci, des aspects personnels, nous avons en commun, nous autres, lecteurs ou journalistes de Politis, d’être des « animaux politiques », au sens d’Aristote. On peut le dire aussi plus drôlement, à la manière de Coluche : « Chaque fois qu’un avion s’écrase quelque part dans le monde, c’est sur nos pompes. » Non seulement nous ne savons pas nous murer dans l’indifférence, mais nous ne le voulons pas. Nous revendiquons d’être des citoyens actifs, face à la crise sociale, comme dans les guerres et les conflits. Et nous ne souffrons jamais plus que lorsque nous avons le sentiment de l’impuissance. C’est ce sentiment que nous éprouvons, bien sûr, depuis dix jours que s’abat un déluge de feu sur Gaza. Notre conscience est tout autant révulsée par l’incroyable conditionnement des esprits que par la violence inouïe de l’opération militaire israélienne. Le discours de l’homme de la rue en Israël, que nos médias relaient abondamment, qui soutient « à cent pour cent » (« à mille pour cent », disent certains) son armée commettant les pires atrocités dans l’étroit territoire palestinien, choque par son uniformité. De toutes les bouches tombent exactement les mêmes mots, les mêmes formules. « On n’a pas le choix » ; « On ne fait que se défendre. » Comme si une nation entière avait appris la leçon sous la dictée d’un chargé de communication diabolique.

Ainsi, tout Israël semble ignorer que ce n’est pas le Hamas qui a rompu la trêve conclue le 19 juin, mais un raid meurtrier de l’aviation israélienne, le 4 novembre. Plus grave encore, tout Israël ou presque semble tenir pour négligeable cette violence initiale : le blocus. Cette sanction économique injustifiable imposée aux habitants de Gaza depuis que le Hamas a pris le contrôle de l’étroit territoire, en juin 2007. La conscience majoritaire dans ce pays ne veut toujours pas connaître la violence coloniale, celle du blocus à Gaza, comme celle du mur et des expropriations, en Cisjordanie. Ou, tout simplement, celle du refus de la souveraineté nationale. Et, une fois de plus, c’est par la violence extrême qu’Israël évite de regarder la réalité coloniale en face. Sans les raids du mois de novembre, il aurait fallu commencer à se poser le problème du desserrement du blocus. C’est d’ailleurs manifestement ce que les dirigeants du Hamas attendaient en retour. Et c’est la raison pour laquelle ils avaient, fin juin 2008, imposé par la force le respect de cette trêve aux factions irrédentistes. Mais cette logique conduisait Israël à transgresser l’interdit de l’étiquette « terroriste ». Elle conduisait à faire « de la politique » avec le Hamas. Tous les faits et tous les événements qui pouvaient aller dans cette direction ont donc été comme effacés de la mémoire collective.

Sur le fond, ce pays est plus à l’aise dans le conflit que dans la négociation avec les représentants d’un peuple dont il a longtemps nié l’existence. La froide indifférence avec laquelle son armée peut en ce moment même massacrer toute une population montre que ce déni d’humanité n’est toujours pas surmonté. Les raisons profondes du massacre de Gaza sont là : dans ce rapport colonial. Israël mène aujourd’hui sa « bataille d’Alger ». S’y ajoutent des considérations de calendrier. Le leader travailliste (on croit cauchemarder en employant ce mot), Ehud Barak, ministre de la Défense, et la présidente de Kadima, Tzipi Livni, refont dans le sang leur retard sur la droite de Benyamin Netanyahou. Cela en vue des élections anticipées du 10 février. Et puis il y a le mystère Obama. Israël n’est pas trop sûr du futur président américain, qui doit prendre ses fonctions le 20 janvier. Du côté de l’Union européenne, en revanche, rien à craindre. La « mission » de Nicolas Sarkozy dans la région, même vaine, aurait pu être au moins naïve et sympathique, si elle n’avait pas suivi de trois semaines un geste politique de soutien inconditionnel à l’État hébreu. En rehaussant le niveau de partenariat commercial avec Israël, l’Europe s’est en effet privée de tout moyen d’action. De ce côté-là aussi le calendrier était donc favorable. Tout cela a donc peu à voir avec les roquettes du Hamas. L’écho planétaire de l’une des plus scandaleuses injustices de notre époque peut continuer de faire ses ravages. Principalement dans le monde arabo-musulman, qui ne peut pas ne pas avoir le sentiment d’être méprisé. Un écho que ni la censure israélienne ni la désinformation dans les grands médias ne parviennent à étouffer. Ce qui nous ramène à nos vœux. Ceux que nous formons pour nous-mêmes, pour Politis et pour ceux qui dans ce métier veulent faire entendre d’autres voix. Nous en sommes réduits aujourd’hui à crier notre indignation, à appeler à manifester, samedi prochain notamment [1] ; et, horriblement, à scruter les images qui pourraient enfin réveiller les consciences. C’est en cela que le massacre de Gaza nous avilit tous.

Notes
[1] Symboliquement j’irai, à Paris, dans le cortège de l’Union juive française pour la paix.

Suite : http://www.politis.fr

Source : http://www.politis.fr/La-verite-coloniale-en-face,5288.html#nb1

     Inondation du site nucléaire du Tricastin
"Sortir du nucléaire" demande d'urgence des mesures de radioactivité indépendantes
Date de publication : Mardi 16 Décembre 2008 à 09H19:59
Déjà 1891 personnes l'ont lu   

Dans la nuit de dimanche à lundi, un plan d'urgence interne a été déclanché sur le site nucléaire du Tricastin, du fait de l'inondation des installations nucléaires SOCATRI-AREVA et BCOT-EDF. Cette alerte est due à la montée des eaux de la Gaffière, le fameux cours d'eau qui traverse le site du Tricastin, et qui a été contaminé à plusieurs reprises ces dernières semaines - et particulièrement du fait de la grave fuite d'uranium de début juillet.

Les exploitants AREVA et EDF prétendent qu'aucune contamination n'est ressortie du site, mais l'expérience a montré que leurs discours étaient très peu fiables. Il est donc nécessaire que des mesures soient faites dès ce mardi par des organismes indépendants, par exemple la Criirad, ou des laboratoires étrangers. C'est au ministère de l'écologie de contacter au plus vite de tels organismes.

De façon générale, alors que le site nucléaire du Tricastin existe depuis près de 50 ans, il est stupéfiant que les exploitants soient surpris par la montée des eaux de la Gaffière. C'est une nouvelle démonstration de l'incompétence et de l'irresponsabilité de l'industrie nucléaire, et de l'impuissance des organismes de sûreté (ASN, IRSN). Ces organismes passent le plus clair de leur temps à "démontrer" que la sûreté des installations nucléaires est assurée, mais ils sont régulièrement démentis par les faits.

De toute évidence, il va y avoir tôt ou tard en France un accident grave, voire une catastrophe nucléaire. Pour l'éviter, il faut au plus vite mettre en oeuvre un plan de sortie du nucléaire, accompagné de mesures très ambitieuses en faveur des économies d'énergie et du développement des énergies renouvelables.

------------------------

Montée des eaux : plan d'urgence interne sur le site nucléaire du Tricastin

AFP - 15.12.08 - Les exploitants des installations nucléaires SOCATRI et BCOT ont déclenché dans la nuit de dimanche à lundi un plan d'urgence interne au vu d'une montée rapide du niveau des eaux de la Gaffière, le cours d'eau qui traverse le site du Tricastin, a annoncé lundi soir l'ASN. Le déclenchement de ce "plan d'urgence interne" a débuté lundi à 02H00 du matin, a précisé l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) dans un communiqué. SOCATRI est exploitée par le groupe AREVA, et BCOT (Base chaude opérationnelle du Tricastin) est exploitée par EDF.

La montée du niveau des eaux s'est poursuivie jusqu'à 3 heures du matin, et plusieurs locaux de la SOCATRI et de la BCOT ont été inondés. "Les plans d'urgence internes ont été levés par les exploitants aux alentours de 5h du matin après un reflux des eaux", précise le communiqué. Les exploitants ont informé l'ASN que l'eau entrée dans les locaux est restée à l'intérieur et qu'elle fera l'objet d'un traitement adapté. Cette montée des eaux est due à d'importantes précipitations et à des manoeuvres de régulation des eaux.

L'ASN procèdera à l'analyse de cette situation en liaison avec les exploitants et les services de l'Etat en charge des contrôles de l'exploitation des barrages. Dans son communiqué, l'ASN rappelle que SOCATRI exerce des activités sur les matériels et effluents en provenance d'EURODIF (assainissement et maintenance sur les composants). Elle réalise également des prestations pour le compte de l'ANDRA (tri et conditionnement de déchets, notamment en provenance du milieu hospitalier).

L'installation BCOT est exploitée par EDF. Elle a pour vocation l'entretien et l'entreposage des matériels et outillages provenant des circuits et matériels contaminés des réacteurs électronucléaires, à l'exclusion d'éléments combustibles, notamment les tubes guides, les outillages d'intervention, les matériels voués au démantèlement et les couvercles de cuve, ajouté le communiqué.

Source : http://www.sortirdunucleaire.org

Les internautes réagissent :

 De TRICASTIN, le Samedi 31 Janvier 2009 à 15H11:48

Je viens tout juste d'écrire un commentaire dans lequel je me prononçais contre la construction d'un nouveau réacteur nucléaire en France et voila que je tombe sur cet article concernant le Tricastin.C'est une preuve de plus qu'il faut abandonner le nucléaire. Économies d'énergie, énergies renouvelables,et abandon progressif des énergies fossiles.Voir plus de 40 articles sur ces sujets sur : www.denis-laforme.over-blog.com

     Amiante : un patron en prison pour des déchets abandonnés en pleine nature
Date de publication : Mercredi 03 Décembre 2008 à 10H44:39
Déjà 2468 personnes l'ont lu   

Le patron d’une entreprise de déconstruction et de désamiantage a été mis en examen et écroué la semaine dernière à Rennes révèle le Journal du dimanche.
En mai dernier, des contrôles de chantier par l’Inspection du travail ont montré des irrégularités. Une information judiciaire a été ouverte et l’enquête menée par les gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaeps) a mis à jour des pratiques singulières.
Le patron aurait fait enfouir des déchets amiantés – par tonnes, semble-t-il – dans une dizaine de sites. Il avait déjà été condamné pour des faits similaires dans la Manche.

Source : http://www.lejdd.fr/


Voir les 10 actualités suivantes




Contact | Mentions légales | Partenaires | Com' | Participer | © Un grain de sable 2008